5 ANS APRES LA COP21 ET L'ACCORD DE PARIS POUR LE CLIMAT, MOBILISONS-NOUS !

A L'OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS HUMAINS ET DES 5 ANS DE L'ACCORD DE PARIS, UNE ALLIANCE DE COLLECTIFS FRANCAIS POUR LA JUSTICE ENVIRONEMENTALE VOUS PRÉSENTE UN DÉBAT ET LA PREMIÈRE FRANCAISE DU DOCUMENTAIRE PRIMÉ AU NIVEAU INTERNATIONAL:

LE CONDOR ET L'AIGLE
- ÉVÉNEMENT INCLUSIF BASÉ SUR LE DON -

L'Europe face à l'appel des femmes autochtones contre l'extractivisme:
POUR UN ARRÊT DU SOUTIEN DES SOCIÉTÉS FINANCIÈRES AUX ÉNERGIES FOSSILES

Jeudi 10 Décembre à 19h30, heure de Paris

- S'inscrire pour voire le film - Donations encouragées -
Le débat commencera à 21h - ICI - et sera en direct sur la page Facebook de CSIA-Nitassinan ICI.

En octobre dernier, plus de 40 femmes autochtones issues de communautés impactées par l’exploitation des sables bitumineux (dont des protagonistes du film "Le Condor Et l'Aigle") ont envoyé une lettre ouverte à 70 grandes banques, assureurs et gestionnaires d’actifs. Elles leur demandaient de respecter les droits des Autochtones et de cesser de soutenir financièrement l’industrie qui détruit leurs terres. L’exploitation des énergies fossiles a dévasté les communautés des Amériques par l’exploitation minière, l’extraction et le raffinage. Le film "The Condor and the Eagle" retrace le combat des femmes autochtones pour la protection de la Terre-Mère, de l'Eau et du Climat. Rejoignons celles-ci pour la reconnaissance des droits de la Nature et le désinvestissement du système extractiviste ! Vous pouvez lire cet appel ICI

​​​​​S'INSCRIRE pour voir le film en utilisant la barre verte en bas de page

DONS ENCOURAGÉS:

PayPal - Cliquez ICI

Carte Bancaire - Cliquez ICI
​​​​​​​(
puis, cliquez sur "CONTRIBUTE" dans le menu principal en haut de la page, "Donate with Card For An Event" et sélectionnez "Thursday, December 10th" comme l'événement auquel vous faites un don)

  • ÉVÉNEMENT INCLUSIF BASÉ SUR LE DON

    Cet événement est inclusif, gratuit pour celles et ceux qui ne peuvent pas se le permettre. Pour tous les autres, des dons de 15 à 100 euros sont demandés au lieu d'un prix fixe. Les fonds collectés serviront à soutenir "MOVEMENT RIGHTS" menée par la protagoniste du film Casey Camp, pour la reconnaissance des droits de la Nature et des droits des peuples autochtones:
     
    Le travail de Movement Rights propose une analyse structurelle approfondie du rôle des entreprises dans la création et le maintien des conditions du chaos climatique en utilisant nos systèmes politiques, économiques et juridiques pour créer de la richesse pour une minorité. Les connaissances écologiques traditionnelles autochtones sont à la base des droits de la Nature et constituent une pièce importante de la mosaïque de la justice climatique.
     L'objectif principal de cette campagne est que les droits humains coïncident avec les lois du monde naturel.

    Les dons collectés serviront également à soutenir le travail de l'association française "Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan)", alliée des peuples autochtones depuis plus de 40 ans, et la campagne d'impact du film "Stop Aux Communautés Sacrifiées”. Merci infiniment par avance pour votre soutien et vos dons en fonction de votre situation financière.

  • "STOP AUX COMMUNAUTÉS SACRIFIÉES"

    En nous rejoignant lors de cette projection et débat, vous soutenez la construction d'un mouvement en faveur d'initiatives efficaces et d'un changement profond.

    Nos premiers événements en juillet ont été un énorme succès. 6 000 personnes ont regardé notre film, 150 000 personnes ont assisté à nos tables-rondes et nous avons récolté plus de 40 000 dollars pour les communautés impactées. Nous avons donc décidé de continuer à organiser des événements à une échelle encore plus grande : nous organisons actuellement plus de 40 événements en ligne jusqu'en décembre (FALL IMPACT SERIES), mobilisant des centaines de communautés et d'organisations. Ces événements nous permettent de présenter à un large public le travail inspirant effectué par les défenseuses et défenseurs des terres et des territoires autochtones à travers les Amériques. Rejoignez-nous et soutenez le travail de celles et ceux qui se trouvent en première ligne face à la crise climatique !

    Vous pouvez contacter l'équipe du film directement ici :

    [email protected]
  • LES ORGANISATEURS DE L'ÉVÉNEMENT

    CSIA-Nitassinan
    350.org France
    Les Amis de la Terre
    Reclaim Finance
    Wild Legal
    CRID
    IPAM
    BreakFree Suisse
    Nature Rights

    GITPA

    Vous désirez vous joindre à la liste des organisateurs de l'événement? Contactez-nous ICI.
  • CASEY CAMP-HORINEK

    Protagoniste du film. Tambouriste héréditaire du "Womens’ Scalp Dance Society" de la Nation Ponca de l'Oklahoma. Grâce au travail de Casey, la nation Ponca est la première tribu de l'État de l'Oklahoma à adopter le statut des droits de la nature et à décréter un moratoire sur la fracturation hydrolique sur les terres tribales.

  • CLEMENCE DUBOIS

    Clémence est responsable des campagnes en France pour 350.org, une ONG internationale qui s’appuie sur des campagnes en ligne, des initiatives locales et des actions de masse pour s’opposer aux projets fossiles, priver les sociétés qui contribuent au dérèglement climatique de leurs ressources financières, et mobilise pour une transition juste.

  • LUCIE PINSON

    Lucie a fondé Reclaim Finance après plusieurs années de campagne sur la responsabilité des acteurs financiers dans les injustices sociales, environnementales et climatiques. En 2018, elle a rejoint le Sunrise Project en tant que coordinatrice européenne d’une campagne internationale appelant les assureurs à cesser leurs soutiens au charbon, tout en poursuivant bénévolement son engagement auprès des Amis de la Terre France. Son travail porta ses fruits. En 2019, des investisseurs français gérant près de 7 000 milliards d’euros d’actifs avaient adopté de fortes restrictions au secteur du charbon, et 15 des plus grands assureurs et réassureurs mondiaux avaient arrêté leurs soutiens aux nouveaux projets de mines et centrales à charbon.

  • LORETTE PHILIPPOT

    Lorette Philippot est chargée de campagne finance privée aux Amis de la Terre France, une association qui depuis 50 ans milite en faveur de la justice sociale et environnementale. Ancrée dans un réseau international et présente en France sur les territoires, la fédération des Amis de la Terre expose les mécanismes à l’origine des dérèglements climatiques et des inégalités, défie le pouvoir des grandes entreprises, et fait pression sur l’État afin qu’ils défendent l’intérêt général. Depuis les années 1990, elle cible les institutions financières et se mobilise contre leurs activités nocives pour les femmes, les hommes et la planète.

  • MARINE CALMET

    Marine Calmet est avocate de formation, juriste en droit de l’environnement et des peuples autochtones. Elle a notamment oeuvré en tant que chargée de plaidoyer pour l’ONG Nature Rights, qui s’engage pour la reconnaissance des droits de la Nature et le respect des droits des peuples premiers dans le monde et notamment en Guyane française. Porte-parole dans l’Hexagone du collectif Or de question, le collectif citoyen opposé au projet « Montagne d’or » et à l’industrie minière en Guyane, elle plaide pour une transformation de notre rapport au vivant dans le respect des limites planétaires.

  • PATRICIA GUALINGA

    Patricia a joué un rôle important dans la lutte pour les droits des Indigènes. Gualinga est la porte-parole de nombreux projets environnementaux. Gualinga travaille à la protection du peuple Kichwa de la communauté de Sarayaku contre les violations des droits de l'homme résultant des projets d'extraction de pétrole par des entreprises chinoises sur leurs terres. Elle est la porte-parole de la proposition "Kawsak Sacha", ou "Forêt vivante", qui demande la protection juridique de l'Amazonie équatorienne.

  • AURÉLIE JOURNÉE-DUEZ (moderation du panel)

    Aurélie Journée-Duez vient d’achever une thèse de doctorat en anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), intitulée « Artistes, femmes, queer et autochtones face à leur(s) image(s). Pour une histoire intersectionnelle et décoloniale des arts contemporains autochtones aux États-Unis et au Canada, 1969-2019 ». Elle est aussi professeure certifiée d’arts plastiques et présidente bénévole du Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques, une association à but non-lucratif créée en 1978.

  • , ,